Pour une expérience optimale, il est suggéré d'utiliser une tablette ou un ordinateur


Congrès virtuel OUQ 2021

Cette année encore, l’Ordre des urbanistes du Québec convie l’ensemble de ses membres ainsi que tous les professionnels de l’aménagement du territoire à un congrès 100 % virtuel, du lundi 4 au vendredi 8 octobre 2021, en matinée de 8h30 à 12h00.

Soyez des nôtres pour entendre et participer à des conférences de qualité sur une multitude de sujets en lien avec la thématique : En route vers une stratégie nationale d’urbanisme et d’aménagement des territoires, le tout à la carte et offrant un nombre de places illimité. La programmation et le formulaire d’inscription seront disponibles au courant du mois août.

Une participation au congrès virtuel de l’OUQ vous permettra de cumuler 12 heures de formation formelle (si vous choisissez d’assister à toutes les conférences) en lien avec la formation continue obligatoire des urbanistes.

 

Tarifs par conférence, à la carte : 

60$ hors taxes pour les membres de l’OUQ ;

40$ hors taxes pour les stagiaires/pré-stagiaires/étudiants/retraités/sans emploi ;

75$ hors pour les non-membres de l’OUQ.

 

Descriptif des conférences :

Conférence 1 : La gestion de la demande, un nouvel outil pour intervenir sur les habitudes de déplacements

La gestion de la demande est un outil indispensable à la promotion de la mobilité durable en complément des politiques d’urbanisme et de transport. L’objectif est d’intervenir sur les leviers qui font évoluer la demande – et donc les comportements -, sans pour autant modifier l’offre de transport existante ou encore l’organisation des territoires, afin d’inciter à une mobilité plus durable et plus sobre. De nombreux exemples démontrent ainsi qu’il est possible d’intervenir dans des milieux de vie existants en plus de mieux planifier ceux à venir.

En complément, un projet récent mené par l’équipe du département d’études urbaines et touristiques de l’ESG-UQAM sur l’aménagement d’une aire TOD permet de réfléchir à la mise en place d’une politique verte de stationnement par une municipalité. Le cas du nouveau quartier de Bois-des-Filion est présenté.

Panel 2 : Redéfinir la vocation des espaces de ville post-COVID

Bien qu’il soit encore tôt pour mesurer ses effets à long terme, la pandémie de COVID-19 risque d’avoir des impacts sur le développement économique et, ainsi, faire évoluer la vocation de certains espaces sur le territoire, notamment dans les villes. Ces changements pourraient notamment mener à l’apparition de nouveaux besoins en termes de bureaux et d’espaces commerciaux, offrant par la même occasion des opportunités de redéveloppement et de consolidation des milieux de vie. Nos panélistes s’interrogent sur les opportunités et/ou les freins que permet la réglementation municipale pour répondre à ces nouvelles réalités, soit la nécessité de quartiers flexibles, ainsi qu’aux éventuels changements de paradigmes à amorcer.

Panel 3 : Bilan et perspectives de la conversation nationale sur l’aménagement du territoire

Depuis janvier dernier, les forces vives de l’urbanisme sont mobilisées dans le cadre de la conversation nationale sur l’aménagement du territoire menée par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. L’objectif ? Doter le Québec d’une Stratégie nationale ambitieuse pour répondre aux nombreux défis du 21e siècle. Cette table ronde est l’occasion de revenir sur les grandes étapes de la démarche, d’échanger sur les défis posés par un tel exercice et de réfléchir sur ce qu’il reste à faire d’ici l’adoption de la SNUAT au printemps 2022.

Conférence 4 : Outils montréalais pour la transition sociale et écologique

Montréal fourmille de projets et d’expérimentations axés sur la transition sociale et écologique. Toutefois, planifier pour orienter cette transition n’équivaut pas à changer simplement certains paramètres ciblés de la ville, mais suppose de reconfigurer les règles qui organisent le territoire et ses usages, la gouvernance, les technologies, les modes de production et de consommation, etc. En collaboration avec les autres services, les acteurs de la société civile et la population, le Service de l’urbanisme et de la mobilité développe une variété d’ outils afin d’insuffler de véritables changements dans la pratique et la fabrique de la ville. Le cas du secteur de Lachine-Est, avec son bureau partagé (services municipaux, arrondissement et société civile) responsable de l’élaboration du futur écoquartier, fait figure d’exemple.

Conférence 5 : Repositionner le transport dans son rôle de soutien à l’économie

En porte-à-faux avec les normes fiscales et comptables traditionnelles, les infrastructures de transport collectif sont pourtant des vecteurs économiques importants. Pour le comprendre il faut toutefois cesser de penser ces services dans une perspective de rentabilité directe et plutôt prendre en compte le rôle de soutien essentiel qu’ils jouent vis-à-vis de nos systèmes économiques en général. (Ré)intégrer cette approche permettrait de mieux évaluer, entretenir, et planifier nos réseaux de transport. Cela ouvre aussi de nouvelles opportunités de développement pour rejoindre une clientèle plus diversifiée, desservir des destinations jusqu’alors non couvertes et remplacer parfois les lignes fixes par du transport à la demande.

Panel 6 : Quel avenir pour le patrimoine québécois ?

Faute de vision cohérente et de ressources suffisantes, la préservation et la mise en valeur du patrimoine bâti et naturel posent de nombreux et complexes défis aux municipalités du Québec. Sa sauvegarde est pourtant garante de notre relation historique au territoire, en plus d’agir comme un puissant levier d’adaptation à la crise climatique en cours. Les panélistes feront un état des lieux du patrimoine bâti et paysager québécois, afin de réfléchir aux moyens de faire mieux à l’avenir.

Conférence 7 : Solutions pour du transport actif à l’abri du bruit et de la pollution

Tant en ville qu’en milieu rural, les usagers des transports actifs sont particulièrement exposés aux nuisances environnementales, tels que le bruit et la pollution atmosphérique. En intégrant ces notions dans les planifications, il est possible à la fois de favoriser la création de milieux propices et conviviaux et le transfert vers ces types de déplacements. Loin de se limiter à de simples liens cyclables, ces aménagements peuvent revêtir plusieurs formes telles que des rues partagées ou apaisées, l’intégration de mobilier urbain et la réduction des vitesses des véhicules, notamment par le rétrécissement des voies de circulation. Les panélistes discutent de l’inclusion de ces notions dans les politiques publiques, des bénéfices attendus, et des moyens de s’assurer que les effets positifs se concrétisent bel et bien sur le terrain.

Conférence 8 : Nouveaux pouvoirs fiscaux municipaux : pertinence, mécanisme et résultat

En dépit de l’octroi de nouveaux pouvoirs fiscaux aux municipalités par le gouvernement du Québec dans les dernières années, celles-ci tardent à en faire usage. Quelques pionnières ont cependant récemment adopté des règlements mettant en œuvre la tarification, la taxation ou les redevances réglementaires (dont la redevance de développement) au profit de la transition énergétique. Afin de mieux comprendre le fonctionnement de ces nouveaux mécanismes, un retour rapide s’impose sur les forces et les faiblesses de l’impôt foncier et sur les opportunités générées notamment par la tarification des services. Une recension des meilleures pratiques québécoises en matière d’écofiscalité municipale portera une attention particulière aux modalités de calcul et aux impacts sur l’environnement et sur la gestion des actifs municipaux.

Panel 9 : Aménagement du territoire : quelle place pour les professionnels ?

Ce n’est un secret pour personne : au Québec, l’aménagement du territoire est avant tout politique. La conversation nationale soulève toutefois plusieurs questions concernant la place que doivent occuper les professionnel·les en urbanisme et en aménagement, notamment pour veiller à l’exemplarité de l’État et au respect des meilleures pratiques. Cette table ronde est l’occasion de se questionner sur la reconnaissance des expertises de chacun, de même que sur le partage des responsabilités entre les élu·es et les professionnel·les de l’aménagement en regard des enjeux du 21e siècle.

Panel 10 : Prendre un temps d’arrêt et planifier pour contrer l’étalement

On observe depuis quelques années un exode des ménages vers les banlieues situées en périphérie des centres urbains. Accentué par la pandémie et le télétravail, ce phénomène confronte les municipalités à un étalement parfois difficile à contenir. Pour y remédier , certaines choisissent de freiner leur développement afin de revoir durablement leurs outils de planification, et ce, malgré le « manque à gagner » immédiat que représente le refus de ces nouveaux développements synonymes de revenus supplémentaires.

Conférence 11 : Briser les silos pour renouveler les manières d’habiter

Entrevoir de nouvelles manières d’habiter et d’appréhender l’espace privé, collectif et public, peut relever du défi lorsque la réglementation locale ne permet pas l’implantation de projets flexibles et adaptés au continuum de la vie. Toutefois, certains projets innovants fleurissent ici et là, au Québec et ailleurs dans le monde. Plusieurs solutions concrètes, comme le co-living et l’éco-communauté, existent afin de concevoir des milieux de vie respectueux de l’environnement naturel et social. Au reste, ils apparaissent parfois comme une alternative à la crise du logement. Mais pour y arriver, les professionnels doivent apprendre à travailler ensemble.

Panel 12 : Milieux humides : bonnes pratiques pour un Québec résilient

Pour faire face aux impacts de la crise climatique, il est impératif de mieux connaître le territoire que nous occupons, que ce soit par l’entremise de diagnostics précis ou par la mise en commun de données. Les plans régionaux des milieux humides et hydriques sont un bon exemple de ce travail de caractérisation du territoire. Ce panel est l’occasion d’en faire état, et de s’intéresser à d’autres pratiques du genre, afin de faciliter le transfert d’expertises et d’expériences d’une MRC à l’autre.

 

Pour plus de détails :
Shony Da Costa
sdacosta@ouq.qc.ca
(514) 849-1177, poste 227

 

 

FORMULAIRE D’INSCRIPTION ET PROGRAMMATION À VENIR !

 

retour aux événements